Month: janvier 2012

Petit Bateau !

Lorsqu’il est question de lingerie, c’est souvent aux pièces de dentelle auxquelles nous pensons, sexy certes, mais pas toujours agréables à porter.
C’est pour cela que de nombreuses femmes ont aujourd’hui choisi de revenir à la bonne vieille culotte en coton, pratique et confortable, unie ou aux motifs colorés. Attention ! Je ne vous parle pas des culottes de « mamie », informes et loin d’être sexy, mais plutôt de celles actuelles, qui réunissent douceur et simplicité, et qui ne manquent pas de charme! Vous êtes septiques? Voici trio le gagnant de la lingerie 2012.

Etam, collection 2012

Malgré son confort aléatoire et son attitude ultra « sex' », le string finit seulement en troisième place des pièces que les femmes aiment porter. Selon une étude, être sexy ne passe plus au premier rang pour elles, et être bien dans son corps, autant que dans ses sous-vêtements devient important. Au boulot ou même a la maison, une culotte 100 % coton est largement plébiscitée par nombreuses d’entre nous. Non sans affirmer que les collections de culottes en cotons d’aujourd’hui se font sexy et d’avantage attrayantes.

H&M, collection 2012

En seconde place, c’est la culotte traditionnelle, en maille et couleur chair, qui aplatit le ventre sans douleur pour cacher nos rondeurs. Pas très sexy en général (mais bien utile après certains excès!) mais il existe désormais des sous vêtements gainants de bonnes tenues, mignons et de belle qualité, tels que Dim peut en proposer.
J’imagine le nombre de personnes qui essaient de faire un régime après les fêtes, et selon moi, cet accessoire est une excellente solution, le temps de perdre kilos et bourrelets, en attendant la taille « 36/38 pour les plus courageuses!
Bien entendu, hors de question d’utiliser les vraies culottes de nos grands-mères! De nombreuses marques de lingeries se lancent avec talent dans cette lignée « vintage ».

Lindsay Ellingson pour Victoria Secret’s 2012

La culotte en coton dont je vous ai parlée plus haut, à la première place du classement, bat des records. Mais on ne parle plus des culottes que l’on portaient sous nos jupons mais de celles que de nombreux créateurs sortent cette année dans leurs nouvelles collections. Conséquence : plus de la moitié des femmes en France disent en porter régulièrement, et affirment laisser tomber le string, sauf en cas de grandes occasions. Désormais, confort et séduction font la paire.

Et pour les récalcitrantes il reste les créations de lingeries fines, un monde merveilleux de délicatesse, de séduction, de suggestion ou de sophistication. Chantal Thomass sublime sans pareil ses collections, avec une créativité envoutante.


A suivre….

En attendant, à vous de choisir, selon vos envies!

Happy New Year !

Adieu Monsieur Lesage

Dans la nuit du mercredi 30 au jeudi 1er décembre, François Lesage est décédé d’une longue maladie dans un hôpital de Versailles. Brodeur aux mains d’or, c’est une personnalité immense du monde de la haute couture qui disparait et à laquelle I Phil Pretty se devait de rendre hommage.

Né le 31 mars 1929 dans les Hauts de Seines « sur un tas de perles et de paillettes », comme le veut la légende, François Lesage a su au fil des années, trouver sa place et devenir le plus grand brodeur français. Il mit son savoir-faire au service de Dior, Lanvin, Yves Saint Laurent…, pour lesquels il créait des pièces uniques. Plusieurs de ses broderies s’inspiraient de tableaux célèbres comme par exemple lorsqu’il façonna une veste brodée inspirée d’un tableau de Van Gogh… À 19 ans, après un apprentissage  dans la maison familiale, il partit aux Etats-Unis et ouvrit un atelier à Hollywood sur Sunset-Boulevard. Sa clientèle se composait désormais de grandes vedettes de Columbia qui lui permirent de se faire connaitre du plus grand nombre.

Il rentra en France en 1949 lors du décès de son père dont il hérita la maison Lesage. En 1960, le créateur bousculait déjà les traditions en utilisant de nouveaux matériaux comme le jersey, et en donnant du relief à ses créations. Il connaissait par coeur les centaines de tiroirs de son atelier qui abritaient des pièces uniques et rares. Les créateurs lui faisaient entièrement confiance, car François Lesage savait toujours parfaitement se qu’il faisait. Son atelier, 13 rue de la Grange-Batelière, était comme une seconde maison pour lui, il s’y retrouvait. Il n’a jamais été considéré comme un fournisseur mais comme un partenaire créatif à part entière des marques de luxe.  En 2002, Chanel racheta la maison au titre de patrimoine exceptionnel pour conserver le savoir faire de la maison. Karl Lagerfeld, le directeur artistique de Chanel, disait souvent : « Je ne conçois pas de mode sans broderie, ni de broderie sans Lesage. » Il est de ceux qui rappellent le peu de distance qui sépare l’art de l’artisanat » selon Frédéric Mitterrand qui venait de lui remettre, le 23 novembre 2011, le titre de Maître d’Art au Ministère de la Culture. Un évènement en forme d’adieu pour François Lesage qui s’éteindra quelques jours plus tard.

 

Le roi étant mort, place à Hubert Berrère ! Créateur, corsetier et brodeur, Hubert Barrère a rejoint la maison Lesage en début d’année 2011. Depuis 1995, il est celui à qui l’on doit le « corset revisité » avec lequel il cherche à donner à la femme de nouveaux atouts de séduction. Il voit dans ce vêtement à la fois élégant et sulfureux, un merveilleux accessoire capable de pimenter ses créations. En 1996 il lance sa première collection qui sera récompensé du grand prix de la mode de la ville de Paris. En 1997, il devient  le directeur artistique de la maison Hurel et façonne lui aussi des broderies pour les marques de luxe telles que Chanel, Dior, Valentino… En 2008, il est le premier homme élu à la présidence du Fashion Group International de Paris. Pour François Lesage,  » Hubert Barrère est un grand amoureux de nos métiers qu’il défend corps et âme. Il est selon moi, le meilleur choix pour continuer l’aventure créative de la Maison Lesage.  »

Depuis 1992, les ateliers Lesage se complètent d’une école où l’on apprend aux plus patients à broder perle par perle des créations extraordinaires. Cette école créée par François Lesage, permet de faire de nombreuses activités à travers des stages ludiques. Ils permettent de découvrir un savoir faire unique sous la forme d’un véritable loisir créatif et le transformer en passion. Suivre un stage à l’École  Lesage, c’est l’occasion d’entrer dans un univers fascinant, de se découvrir un nouveau talent, de le perfectionner, de préserver un patrimoine technique et artistique unique et d’entrer dans une famille que l’on a plus envie de quitter. Si vous avez un talent caché pour la broderie…

© 2019 I Phil Pretty

Theme by Anders NorenUp ↑